Forumfra

Forum de discussion politique


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Georges Bensoussan : encore un pigeon du FN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Dans un entretien paru sur le Figaro du 14/08/2015, Georges Bensoussan reprend les arguments du FN :




"L'antisémitisme traditionnel en France est originellement marqué par l'Eglise, l'extrême droite et le nationalisme: c'est l'antisémitisme de l'affaire Dreyfus qui connaît son acmé sous Vichy. L'antisémitisme nouveau est un antisémitisme d'importation. Il est lié à la fois à la culture traditionnelle des pays magrébins, à l'islam et au contexte colonial. En Algérie, le décret Crémieux qui permit aux juifs de devenir Français dès 1870 attise la jalousie des musulmans. En Tunisie et au Maroc, les juifs n'étaient pas français mais leur émancipation par le biais de l'école leur a donné une large avance sur le plan scolaire et social sur la majorité musulmane. Cela s'est terminé par le départ de la minorité juive. Cet antisémitisme-là s'est transposé sur notre territoire par le truchement de l'immigration familiale ( c'est cela qui a été importé et pas le conflit israélo-palestinien comme le répètent les médias). Un antisémitisme qui préexistait toutefois auparavant (mais en mode mineur) comme le rappellent les affrontements survenus à Belleville en juin 1967 ou le Mouvement des Travailleurs arabes au début des années 1970."



Bensoussan semble oublier que c'est toujours en Europe que les massacres de juifs ont eu lieu, notamment sous l'influence de l'Eglise catholique. De nombreux juifs séfarades ont fui l'Inquisition pour se réfugier au Maghreb et dans l'Empire Ottoman. Certains ashkénazes se sont aussi refugiés chez les Ottomans pour fuir massacres et persécutions. Un certain nombre d'intellectuels juifs, sous l'influence du FN et du Likoud ont entièrement oublié la réalité de l'histoire de l'antisémitisme. Quant au Mouvement des Travailleurs Arabes il a été fondé par un juif égyptien, Simon Malley, et ne peut donc pas être soupçonné d'antisémitisme. D'ailleurs, globalement, les juifs sont beaucoup plus anti-arabes que les Arabes ne sont anti-juifs.



"Paradoxalement, cet antisémitisme ne s'est pas dilué, mais enkysté. C'est dans les familles qu'il se transmet et s'apprend. Arrivé à l'école, l'affaire est déjà jouée. Nouveau par les formes et l'origine, il épouse parfois le vocabulaire de l'antisémitisme traditionnel. Par exemple, le mot «youpin», qui avait tendance à disparaître en France, est réutilisé dans des milieux de banlieues qui ne le connaissaient pas. "



Le retour de l'antisémitisme ne vient pas des arabo-musulmans mais de la poussée du FN qui manipule les banlieues avec l'aide du Mind Control et de certains services.








"Bref, les différentes branches de l'antisémitisme sont en train de se conjuguer. L'extrême droite traditionnelle qui connait un renouveau, une certaine ultra gauche qui par le biais de l'antisionisme a parfois du mal à maquiller son antisémitisme (l'enquête Fondapol d'octobre 2014 menée par Dominique Reynié était édifiante à cet égard). On a oublié que l'antisémitisme plongeait de longues racines à gauche, depuis Proudhon jusqu'aux propos de Benoît Frachon en juin 1967, secrétaire général de la CGT. Mais la branche la plus massive, et de loin, est la branche arabo-islamiste. Celle-là seule passe aux actes, elle insulte, frappe et tue. Elle n'est d'ailleurs pas seulement arabo-islamiste car elle déborde aujourd'hui dans les banlieues. Nombre de jeunes qui ne sont pas issus de l'immigration arabo-musulmane adoptent pourtant le code culturel de l'antisémitisme, lequel est devenu un code d'intégration dans les cités. Ainsi, ici, l'intégration à la France se fait-elle à rebours, en chassant la part juive de la société française. Adopter ces clichés et ce langage c'est se donner plus de chances d'être intégré dans l'économie sociale des banlieues. Et pour parler comme la banlieue, il faut parler «anti-feuj»."





Les arabo-islamistes ont très peu de pouvoir en France. La vraie gauche en a peu et la droite et l'extrême droite sont devenue par contre pratiquement hégémoniques dans le monde intellectuel et médiatique français. Comment Bensoussan ose-t-il prétendre que les musulmans dominent intellectuellement la France alors que très peu d'entre eux sont insérés dans l'élite de la société.





"Certains vont jusqu'à comparer les sort des musulmans aujourd'hui à celui des juifs hier. La sacralisation de la Shoah nous empêche-t-elle de comprendre le présent?

En tant qu'historien, je suis frappé par la stupidité d'une telle comparaison. Je n'ai pas souvenir dans l'histoire des années 30 d'avoir entendu parler de l'équivalent juif de Mohammed Merah, de Mehdi Nemmouche ou des frères Kouachi se mettant à attaquer des écoles françaises, des boutiques ou des Eglises. Assistait-on dans les années 1930 à un repli communautaire des juifs? Tout au contraire, s'agissait-il d'une course éperdue vers l'intégration et l'assimilation. Les juifs cherchaient à se faire le plus petit possible. Ils étaient 330 000, dont 150 000 juifs étrangers qui vivaient dans la crainte d'être expulsés. Beaucoup étaient des réfugiés de la misère, d'autres fuyaient le nazisme et les violences antisémites d'Europe orientale. Aujourd'hui, place Beauvau, on estime la minorité musulmane entre six et dix millions de personnes. Ils n'ont pas été chassés par un régime qui veut les exterminer mais sont venus ici, dans l'immense majorité des cas, pour trouver des conditions de vie meilleures. Les situations sont incomparables, ne serait-ce qu'au regard des effectifs concernés: en Europe, aujourd'hui, un musulman sur quatre vit en France. "




Le terrorisme juif des années 20 et 30 en Allemagne ou Hongrie était lié au bolchévisme et à des tentatives de coups d'Etat communistes. Les juifs étaient accusés par les fascistes d'être l'origine du communisme. L'accusation de terrorisme est inhérente à la propagande fascistes. Dans le cas du terrorisme "islamiste" personne ne peut douter qu'il est manipulé par les racistes. Tous les attentats "djihadistes" ne profitent qu'au FN et au néo-colonialisme.

Des centaines de milliers de musulmans sont morts pour la France au cours des deux guerres mondiales et des guerres coloniales. Les pays du Maghreb et d'Afrique occidentale sont francophones. Les musulmans sont donc tout aussi légitimes dans l'immigration que les gens d'autres origines.





" Cette question est toutefois intéressante à un autre titre: pourquoi une partie de la population française d'origine maghrébine est-elle habitée par un mimétisme juif, une obsession juive, voire une jalousie sociale comme si l'histoire du Maghreb colonial se perpétuait ici? L'histoire de la Shoah est-elle en cause? Elle n'a pas été surestimée, il s'agit bien de la plus profonde coupure anthropologique du siècle passé, et elle dépasse de loin la seule question antisémite. En réalité, c'est la trivialisation de cette tragédie historique qui a produit des effets pervers. Car la Shoah, elle, au-delà de toutes les instrumentalisations, reste une question d'histoire cardinale qui interroge politiquement toutes les sociétés. Qu'est-ce qu'un génocide? Comment en est-on arrivé-là? Pourquoi l'Allemagne? Pourquoi l'Europe? Pourquoi les juifs? Comment une idéologie meurtrière se met-elle en place? Comment des hommes ordinaires, bons pères de famille, deviennent-ils parfois des assassins en groupe? Cette césure historique, matrice d'un questionnement sans fin, a été rabaissée à un catéchisme moralisateur («Plus jamais ça!») et à une avalanche assez niaiseuse de bons sentiments qui, pédagogiquement, ne sont d'aucune utilité. Et qui fait que nous passons parfois à côté des mécanismes politiques qui régulent des sociétés de masse d'autant plus dangereuses qu'anomiées. Le discours de la repentance a pu stériliser la pensée et frapper de silence des questions jugées iconoclastes. Comme les questions d'histoire culturelle évoquées tout à l'heure. Comme si invoquer le facteur culturel à propos de minorités dont l'intégration est en panne serait emprunter le «chemin d'Auschwitz». Cet affadissement a paralysé la réflexion politique, enté sur la conviction erronée que les situations se reproduisent à l'identique. Or, si les mécanismes sont les mêmes, les situations ne le sont jamais. Le travail de l'historien illustre sans fin le mot d'Héraclite: «On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve...»"






Bensoussan n'a pas compris la nature profonde du nazisme et de l'antisémitisme. Ce n'est qu'un perroquet savant doublé d'un islamophobe. Qui étudie le nazisme comprend les ressemblances frappantes entre montée du nazisme et progression du fascisme actuel : crise économique permanente, désignation d'un bouc émissaire (juif dans les années 20 musulman depuis les années 80), collaboration de certains persécutés avec les persécuteurs (juifs "patriotes" complices de l'extrême droite dans les années 20). Il y a aussi des différences, la "menace" communiste, n'existe plus, les juifs étaient l'élite des sociétés occidentales alors que les musulmans en sont la partie la plus défavorisée.
Néanmoins, le fascisme actuel est tout aussi exterminateur que celui des années 30. Il cache ses pulsions islamophobes génocidaires comme les faisaient déjà les nazis qui n'ont jamais parlé d'exterminer les juifs mais plutôt de les expulser.












"A force de nier le réel, on a fait le lit du FN. Les millions de Français qui sont aujourd'hui sympathisants du Front national n'ont pas le profil de fascistes. Beaucoup d'entre eux votaient jadis à gauche, et le FN authentiquement parti d'extrême droite, est aussi aujourd'hui le premier parti ouvrier de France. Comment en est-on arrivé-là? Quelle responsabilité ont les classes dominantes dans ce naufrage et, notamment la classe intellectuelle? Voilà les questions qui importent vraiment. En revanche, la question rhétorique du «plus grand danger», FN ou islamisme, vise à nous faire taire. Avec à la clé ce chantage: «A dénoncer la poussée de l'islamisme, du communautarisme, la désintégration d'une partie de l'immigration de masse, vous faites le jeu du Front national!». Tenter de répondre à la question ainsi formulée, c'est tomber dans ce piège rhétorique. Il faudrait, au contraire, retourner cette question à ceux qui la posent: n'avez-vous pas fait le jeu du FN en invalidant la parole d'une partie du peuple français, en le qualifiant de «franchouillard», de raciste, de fasciste? Et en sous estimant le sentiment d'abandon et de mépris vécu par ces dominés de toujours?"



Bensoussan reprend la propagande du FN tout en se dénonçant lui même de manière ridicule : en effets le terme "franchouillard" est une invention des juifs des médias et non des musulmans. Jusqu'aux années 80, ce terme était employé par tous ces intellectuels qui maintenant donnent des leçons de patriotisme. Ce vocabulaire est ignoré dans les banlieues. Sous l'influence des ventriloques, Bensoussan critique son propre vocabulaire et celui de ses pairs. C'est ce qu'on appelle la lepénisation des esprits ou comment les satellites du Mind Control prennent le contrôle et manipulent les cerveaux d'intellectuels peu intelligents, qui disent tout et son contraire selon la mode du jour.

Bensoussan dénonce le communautarisme alors que ce type d'organisation est beaucoup plus pratiqué par les juifs et les cathos que par les musulmans. Bensoussan se tire une balle dans le pied en reprenant stupidement la propagande des fascistes. Bensoussan est un peu comme le scorpion qui pique la grenouille au milieu du fleuve, juste parce qu'il n'arrive pas à maîtriser sa haine. D'ailleurs le communautarisme intègre les communautés à la société et ne les désintègre pas. Une meilleure organisation communautaire évite les problèmes de terrorisme et de délinquance.

Des gens comme Georges Bensoussan sont les meilleurs propagandistes de l'extrême droite. Poussés par la haine, ils agissent à l'encontre de leurs intérêts les plus vitaux. Ce sont des gens à interdire dans les médias publics, dans la mesure où ils troublent l'ordre public et nuisent à l'unité nationale et à la cohabitation entre les communautés.

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfra.forumactif.org

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum