Forumfra

Forum de discussion politique


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Cinéma et Propagande et Mind control

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Salut,

 J'ai déjà essayé d'aborder ce sujet sur d'autres forum en vain. Mon propos est le suivant : je crois que la plupart des films de cinéma sont des films de propagande, qui relèvent d'une forme de mind control "soft". Déjà Edward Bernays, en 1928, dons son livre "Comment manipuler l'opinion en démocratie" évoquait le cinéma comme un outil idéal de faire paître le troupeau que nous sommes.

Voici les lignes de forces, que j'ai pu dégager de la propagande au cinéma:
propagande faisant l'apologie de la société de consommation et du capitalisme,
propagande pour le mariage via les comédies romantiques,
propagande militariste, via les films de guerre,
propagande ultra-sécuritaire via les films policiers,
propagande faisant l'apologie de la bourgeoise et de son mode de vie,
propagande pour les grandes marques de consommation,
propagande contre les religions en général, nous présentant les croyants soient comme des superstitieux, soient comme des imbéciles, dont le spectacle de la foi est soit répulsif soit ridicule,
propagande contre l'Islam en particulier,
propagande pour l'ordre social,
propagande de l'individualisme,
propagande véhiculant des clichés racistes et antisémites, sous couvert d'antiracisme
propagande anti-féministe faisant l'apologie de la femme mariée par exemple et promotion du sexisme par différent biais dont l'humour ou encore le caractère dit "normal" de la situation de domination dans une ou des situations.

Ainsi, que l'absence dans les scénarios et les situations présentées du problème du fascisme sexiste occidental (la seule référence explicite de dénonciation du fascisme sexiste que j'ai: "Captain America : Le Soldat de l'hiver", dans un dialogue avec un sénateur lié à Hydra).

- et également la non-remise en question de la domination de la femme occidentale par le biais de la publicité, de la mode, de la presse et du cinéma et de la télé: dans les films où il s'agit d'une héroine moderne et contemporaine, j'ai bien l'impression que la domination spectaculaire sur les femmes est validée dans son ensemble, comme si l'on voulait nous faire croire que la femme occidentale serait libre et donc que la domination spectaculaire à son encontre et le sexisme n'existait pas. La propagande dont sont victimes les femmes par le biais de la publicité est telle qu'elles ne peuvent pas faire un pas dans la rue sans être confrontée à une publicité ou une couverture de presse qui leur dicte comment elles doivent être belles (c'est la réussite du sexisme multi-séculaire qui a été tellement intériorisé que les hommes n'ont même plus besoin " de passer commande"). Je peux noter, enfin, l'absence dans les scénarios du traitement de l'inégalité des salaires entre hommes et femmes.

On peut remarquer aussi l'absence de la problématique écologique dans la plupart des films et des messages diffusés par le cinéma.

Il y a, au contraire, une promotion de la thérapie génique dans un film, comme "Bourne, l'héritage" ou la promotion de l'Intelligence artificielle dans d'autres films. Ces films de science fiction fonctionnent avec un système de pensée obsolète datant du 19 ème qui veut à tout prix nous vendre le progrès technologique comme une source de progrès pour l'humanité.
La plupart des films contiennent des messages de fond bien précis qu'il s'agit de faire passer sous une forme visuelle. Ces messages ne sont pas des messages progressistes pour la plupart, mais bien des messages réactionnaires selon moi ou de manipulation. Ce que l'on prend pour du divertissement est une gestion masquée de l'opinion publique. L'omerta concernant ce tabou est tel que les critiques de films s'arrêtent rarement sur le message de fond pour lequel en réalité a été produit le film, mais critiquent la manière plus ou moins heureuse sur la forme et la technique utilisée par le réalisateur pour faire passer le dit message.

-Par exemple, le film les "Patriotes" sur le Mossad, amène à croire pour le spectateur que le Mossad est indifférent au sort de ceux qu'il l'aide. Moi je ne suis pas spécialiste du Mossad et je n'en sais rien si ceux qui l'aident sont désavoués comme l'agent américain du film. (ce film est un exemple).

-Pour prendre un autre exemple d'un film récent, "Dans la tourmente" avec Clovis Cornillac et Mathilde Seigner, datant de 2013, il est clairement fait comprendre aux spectateurs que seule la lutte syndicale, se conformant aux règles est acceptable pour les ouvriers dont les usines ferment et se délocalisent, agir autrement entraîne, dans le film, aux délits et aux meurtres. C'est comme dire aux ouvriers, vous avez le droit de manifester comme d'habitude mais pas autrement si votre usine est délocalisée; donc tenez vous à carreau les prochaines années lorsque votre usine fermera.

-Le film "La haine" peut s'interpréter aussi comme un long spot publicitaire pour le FN sur les à prioris et clichés du parti fasciste à propos de la banlieue.

-Les films américains du cinéma des années 80, Robocop et les films de Charles Bronson et la série des Inspecteurs Harry, nous font l'apologie d'une police ultra répressive et expéditive à la limite du fascisme, qui n'a pas de compte à rendre, comme pour nous préparer mentalement à un Etat policier et répressif (voir le peu d'instruction de procès de policiers criminels aux Etats-Unis).

-Le questionnement sur le réel et la vraie nature de nos libertés en Occident est abordé cependant par le Cinéma avec "Matrix" ou "Dark City" mais le cinéma se fait alors "libérateur", il ne remet pas en question une ses fonctions principales, modeler notre rapport à la réalité. Dans "Invasion Los Angeles" , c'est la publicité et la télévision, qui dont attaquées mais pas le cinéma en lui même; surtout que ce film sort après la décennie des années 70 où le cinéma a pu endosser un des rôles qui peut être le sien comme éveilleur des consciences: je peux citer "les Trois jours du Condor"(1975), "Les Hommes du Président"(1976), "Vol au-dessus d'un nid de coucou"(1975),"Easy Rider" (1969))

Le message idéologique ou politique, qui est donc passé, sous une forme visuelle, à la manière d'une pilule dure à avaler enrobée de sucre, à savoir le divertissement, est complété par une programmation des esprit par la diffusion de clichés au travers du choix des personnages et des situations.  En plus, du message de propagande, les films de propagandes, c'est à dire selon moi, la plupart des films, programment dans les esprits des situations. Cette programmation de situation, est le résultat du scénario qui va choisir de faire se répondre causalement deux situations; par exemple , un conflit entre un policier et un habitant des banlieues. La programmation de situations "de propagande" a intérêt a ce que la situation dégénère, ainsi l'effet produit chez le spectateur est que le conflit n'a pas d'issue entre le policier et l'habitant de la banlieue. Si la situation de conflit se résout positivement, c'est un double problème; d'abord idéologiquement le propagandiste trouvera cela trop progressiste, peu importe si cette issue est majoritaire dans la réalité, ensuite il peut trouver le fait que la situation dégénère soit plus spectaculaire donc plus rentable. Mais alors, nous revenons au point de départ, pourquoi choisir de faire dégénérer telle situation au détriment d'une autre éventuelle. Pourquoi ne pas choisir de faire dégénérer la situation de conflit entre ce même policier et sa hiérarchie à propos de la politique de celle-ci qu'il trouve trop répressive et inefficace? Il y a donc une programmation des esprits idéologique dans la manière de traiter les personnages et les situations: dans les années 80, dans les films policiers américains, le personnage afro-américain laissait vite la place au héros  de couleur blanche, si je me souviens bien. Maintenant c'est différent le personnage afro-américain a un rôle très important et fréquemment des rôles de responsables et de cérébraux mais ils sont incompétents, ce qui revient à une autre forme de racisme.

Le cinéma a un rôle masqué dans l'organisation du débat public dans nos démocraties occidentales (Empire). La gestion de la chose publique (res publica) est en fait déléguée à une partie du spectacle artistique. Le Cinéma ne fait pas exception comme art, en étant utilisé de manière politique et idéologique, le Théâtre (Molière et Shakespeare étaient-ils aussi des propagandistes ? -je pense que oui) , la philosophie ((Hegel père du Nationalisme et inspirateur, "par contradiction", du  matérialisme dialectique (Le Grand Esprit de l'Histoire doit s'incarner dans le prolétariat); Le Grand Esprit, pour lui, s'incarnant selon les époques dans le pays et le peuple adéquat, à savoir pour lui le peuple allemand)) , la Littérature, la Musique, la Peinture ont tous eu et ont toujours un rôle politique dans l'Occident Chrétien, qui a littéralement castré L'Art et l'Imaginaire en général depuis 2000 ans.

La question n'est pas tant qu'un Film soit porteur d'un message, la question est que ce message aujourd'hui ne fait pas débat, pareil la ligne éditoriale des émissions télés, le caractère idéologiquement réactionnaire des publicités. Si tout cela ne fait pas débat, c'est bien que la gestion de la chose publique ( res publica) n'est justement pas publique mais cachée ou discrète, et faite d'une manière aristocratique, puisque le peuple ne peut en débattre. En effet, il serait difficile de convaincre  un spectateur de dépenser 10 euros pour se faire laver le cerveau en allant voir un soi-disant film de divertissement.

Donc, on se retrouve en Occident avec une forme "stalinienne" et réactionnaire (défendant la civilisation occidentale chrétienne) de gestion de l'opinion publique, où malheureusement les vedettes des différents genres artistiques les plus portées aux nues et dont nous fait la promotion dans les journaux "people" se révèlent être des agents de propagandes et j'imagine que si un artiste refuse de collaborer, il est très vite mis à l'écart et ne sera pas ou plus du tout célèbre.

Alors vivons-nous en Occident, soit nous vivons dans des démocraties d'avant garde, où notre modèle de civilisation chrétienne et "libérale" est le seul système qui, pour faire fonctionner la chose publique, n'a pas de propagande interne par le biais du cinéma, de la télévision, de la littérature, de la publicité et d'internet, peut être que ce modèle est immaculé et bénéficie de "l'infaillibilité pontificale" ou soit nous vivons, dans un Empire Chrétien, dans lequel l'opinion publique est gérée de manière masquée ou secrète?

Dans le dernier cas, l'utilisation du véritable Mind control paraît alors plus que probable pour permettre à cette architecture néo-stalinienne et pseudo-chrétienne et réactionnaire, de ne pas s'écrouler sous le poids de ses contestataires ou de ses propres contradictions.

PS: à 03h09 28/10/2016, il y a un lien sous le mot Robocop, alors que je n'en ai pas mis dans le texte. L'ordi de forumactif a choisi de faire un lien vers une page de pub.
     à 03h12 28/10/2016, pendant que j'écrivais le PS, le lien a disparu

    -si mes références sont insuffisantes ou maladroites, vous pouvez  me donner les vôtres et surtout si c'est pour me contredire, l'émulation dans la discussion ne sera que meilleure.

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum