Forumfra

Forum de discussion politique


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Ecrits d'Ibn Khaldoun : un faux colonial ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Les écrits de l'historien tunisien d'origine hispano-yéménite Ibn Khaldoun sont plus que suspects : alors que la majeure partie de ses ouvrages semble relativement sensée, un petite partie d'entre eux pue le racisme colonial extrême au point où on peut se demander si, lors de la colonisation, les services secrets coloniaux n'ont pas ajouté des passages racistes à l'œuvre de Khaldoun.


Comme les massacreurs coloniaux, Khladoun considère que les Arabes sont des "sauvages" et les Noirs des "animaux", alors même que Khaldoun se revendique lui-même comme Arabe. Quel intérêt aurait-il eu à se critiquer lui-même et à nuire ainsi à sa carrière de diplomate et de conseiller ?  Le renseignement colonial a très bien pu écrire des textes racistes en français, les faire traduire, et les incorporer ensuite à l'œuvre de Khaldoun, dans le but de démoraliser les populations dominées et de leur faire croire qu'elles étaient incapables de se gouverner elles-mêmes et que donc, par conséquent, le seul avenir viable possible pour elles était la domination coloniale. Une partie du texte anti-arabe attribué à Khaldoun insiste sur le fait que les Arabes seraient incapables de gouverner quoique ce soit et que donc, seule une domination étrangère était en mesure de les sortir de l'anarchie et de la sauvagerie. Les préjugés anti-arabes et anti-noirs de Khladoun semblent tout droit sortis de l'esprit dégénéré d'un dirigeant du FN ou de l'OAS.  Quand on lit les textes racistes de Khaldoun on sent qu'ils sont l'œuvre d'ennemis. Quel auteur aurait envie de se traiter lui-même de sauvage, hormis un fou ou un plaisantin ?

Pour pouvoir discuter de la partie raciste de l'œuvre de Khaldoun, il faut commencer par examiner soigneusement les manuscrits originaux et déterminer si les passages incriminés sont bien présents sur ces manuscrits. S'il s'avérait qu'on ne peut pas retrouver les passages en question, on pourra alors considérer que les manipulateurs coloniaux ont déformé le texte original dans le but de faciliter la colonisation mentale du Maghreb. Si par contre, c'était bien Khaldoun lui-même qui avait écrit ces passages, la seule solution serait de mettre ce raciste à la poubelle et de l'oublier définitivement.


Pour Khaldoun ou celui qui se fait passer pour lui, les Arabes seraient des sauvages destructeurs de civilisations. Dans les faits, c'est l'inverse qui est vrai : ce sont les Arabes qui ont fondé Bagdad et Le Caire, ce sont eux qui ont développé la science dans tous les pays qu'ils ont conquis, ce sont eux qui ont fait de la tolérance religieuse un mode de fonctionnement de la société. Il y a eu des empereurs romains arabes, tel par exemple Philippe l'Arabe, Arabe syrien de Bosra. Bagdad, créée ex nihilo, est restée longtemps la plus grande ville du monde. Sous la domination arabe musulmane, des découvertes scientifiques importantes ont été accomplies, notamment en algèbre, en chimie et en médecine.

Le déclin du monde musulman a été dû notamment à un assèchement prolongé du climat, à de graves épidémies de peste, à des dirigeants corrompus. Tout cela n'enlève rien à la grandeur de la civilisation arabo-islamique, dénigrée par des voyous coloniaux, déchets de la société nuisibles, partis outre-mer pour laisser libre cours à leurs instincts bestiaux.

Quand Khaldoun dénonce les "pillards bédouins", sa critique pourrait s'appliquer aux paysans de n'importe quel pays, souvent voleurs durant les périodes de disette. Ce ne sont pas les bédouins qui ont détruit l'agriculture des pays d'islam, mais la sécheresse qui a prévalu pendant le petit âge glaciaire.

Tous les anthropologues ont pu constater que les Arabes étaient beaucoup plus civilisés que les autres peuples nomades ce qui s'explique par le fait que le désert arabe était entouré des civilisations les plus avancées du monde antique, sumérienne, babylonienne, yéménite, phénicienne. Les Arabes ne sont pas une entité séparée de ces anciennes civilisations mais ont toujours été reliés à celles-ci.


Les Arabes bédouins vivaient dans le climat le plus dur du monde, avec des chaleurs et une sécheresse extrêmes ; pour résister à ce climat, une résistance physique et morale et une sobriété hors du commun étaient nécessaires. Survivre dans l'enfer désertique, sous un soleil de plomb et dans des privations extrêmes, provoquait l'élimination des plus faibles et ne laissait subsister que les individus les plus résistants, ce qui explique les qualités guerrières des Arabes et la rapidité de leurs conquêtes à l'époque des débuts de l'islam.


Khaldoun, ou celui qui s'est fait passer pour lui, est juste un petit médiocre haineux, qui n'a pas compris que l'islam interdisait le racisme et déconseillait fortement l'esclavage.

Si il s'avérait que les écrits d'Ibn Khaldoun n'ont pas été biaisés par des faussaires, il faudrait considérer que cet individu représente une injure et un danger pour le monde arabe et musulman et le renvoyer dans l'oubli où il avait sombré.



Dernière édition par jeanpaul le Sam 21 Mai - 8:51, édité 3 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfra.forumactif.org
Exemple de la prose raciste de khaldoun ou de celui qui se fait passer pour lui :



"Un pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné."


 Les conquêtes arabes n'ont pas ruiné les pays conquis mais les ont au contraire libérés des jougs byzantin, sassanide, wizigoth et autres et ont permis l'éclosion d'une immense civilisation. Pour ignorer ce fait, il faut être un ignare ou un fou.






"C'est là, en effet, un peuple farouche, chez lequel la rudesse de mœurs s'est ancrée au point de devenir leur tempérament propre et leur naturel; et ils s'y complaisent, parce qu'elle leur permet d'échapper à l'emprise de l'autorité et à la sujétion à un gouvernement. Un tel naturel est incompatible avec la civilisation, et leur interdit de se développer, car errer et être les plus forts sont les seuls buts que leur assigne leur manière de vivre, ce qui interdit la vie sédentaire, de laquelle dépend la civilisation, et est incompatible avec elle."





Les Arabes ont fondé des Etats même avant l'islam : au Yémen, en Irak et en Arabie elle-même. Le Yémen était civilisé avant l'Europe. Il y a toujours eu des Arabes sédentaires partout et nombre de ces sédentaires sont d'anciens nomades de même que nombre de bédouins sont d'anciens sédentaires.






"De plus, ils n'ont aucun souci de gouverner, d'empêcher les gens de mal faire et de les protéger les uns des autres : la seule chose dont ils se préoccupent, c'est ce qu'ils arrachent aux autres, soit par le pillage, soit par des extorsions. Parvenus à ce but, ils ne voient pas loin : nulle préoccupation d'améliorer la situation de la population, de veiller à ses intérêts, d'empêcher certains de mal faire."





En Andalousie, la domination arabe a permis de développer une civilisation brillante, ce que devrait savoir Khaldoun, puisqu'il prétend être d'origine andalouse.








" Aussi, considère tous les pays qu'ils ont conquis et assujettis depuis la Création : tu verras combien leur civilisation est disloquée, leurs habitations appauvris; leur terre elle-même est transformée.Au Yémen, tous les établissements sédentaires sont ruinés, à l'exception de quelques villes. Dans l'Irak arabe il en va de même : la civilisation que les Perses y avaient développé est ruinée pour sa plus grande part. En Syrie, de nos jours, il en va de même. En Ifriquiya et au Maghreb, depuis que les Banou-Hilal et les Banou-Soulaïm y sont passés, au début du Ve siècle, et se sont acharnés sur ces pays pendant 350 ans, toutes les plaines sont ruinées, alors qu'autrefois su Soudan jusqu'à la Méditerranée tout était cultivé, comme l'attestent les vestiges qui s'y trouvent :
monuments, constructions, traces de fermes et de villages."



Ce sont les Arabes qui ont développé la civilisation arabo-iraquienne. Ce sont eux qui ont fondé Bagdad. Ce sont eux qui ont fait de Damas la capitale de la moitié de la planète pendant 100 ans. La déclin du monde musulman est dû au changement climatique de l'époque, aux invasions mongoles, à la peste, à la corruption des dirigeants. Le déclin, la chute et les invasions barbares ont accablé presque toutes les civilisations, chinoise, grecque, romaine, maya et autres.









" Dieu recevra en héritage la terre et ceux qu'elle porte :«Il est le meilleur des héritiers» (Coran, 21, 89).De tous les peuples les Arabes sont les plus incapables à gouvernerLa cause en est qu'ils sont le plus bédouin de tous les peuples, celui qui erre le plus profondément à l'intérieur des déserts, celui qui sait le mieux se passer des objets de première nécessaire et des grains des régions cultivées, tant ils sont accoutumés à une vie dure et grossière, si bien qu'ils se suffisent à eux-mêmes. Leur goût et la rudesse de leurs moeurs font qu'ils n'acceptent que difficilement d'être soumis les uns aux autres; lorsque leur chef fait appel à eux, c'est le plus souvent à cause de l'esprit de corps qui les pousse à assurer leur commune défense, et il est obligé de n'exercer son autorité qu'en les ménageant et se garder de les contrarier, de peur de voir cet esprit de corps lui manquer, ce qui serait sa perte et la leur : or l'art de gouverner un empire ou un royaume exige que celui qui gouverne contienne par la force ses sujets dans leur devoirs, sinon il ne gouvernera pas correctement."



Les qualités guerrières des Arabes ont fait qu'ils ont créé un empire plus vaste que celui des Romains en moins d'un siècle. A la différence des Mongols, ils n'ont pas détruit les civilisations qu'ils ont rencontrées mais les ont développées et unifiées. Khaldoun, ou celui qui se fait passer pour lui, veut apprendre aux Arabes comment diriger un empire, alors qu'ils en ont créé un immense !!! Si Khaldoun considère comme représentantes de la race arabe quelques tribus attardées, alors on peut en faire autant pour tous les peuples, sélectionnant quelques tarés et les déclarant représentants de ces peuples.




" Pour tous ces motifs, le naturel des Arabes les rend donc incapables de gouverner un empire : ils n'y peuvent parvenir qu'après avoir modifié leur caractère sous l'influence d'une religion qui efface d'eux tous ces défauts, leur fasse trouver un frein dans leur propre conscience, et les pousse à protéger les hommes les uns contre les autres, comme j'ai déjà dit. A titre d'exemple, considère ce qu'il en fut de leur pouvoir lorsque, devenus musulmans, la religion leur offrit une base ferme de gouvernement dans la Loi et celles de ses stipulations qui sauvegardent, aussi bien d'une manière externe que d'une manière interne, les intérêts de la civilisation : les califes d'alors appliquant les uns après les autres ces prescriptions, leur empire devint considérable et leur pouvoir très fort."




Avant même l'avènement de l'islam, il y avait des Etats arabes au Yémen, en Irak et en Arabie. Si l'islam a servi de base à la fondations des empires arabe, turc, mogol et autres, cela ne veut pas dire qu'il n'y avait rien avant l'islam. Khaldoun devrait le savoir, puisqu'il est lui-même prétendument d'origine yéménite !






" Lorsqu'il vit les musulmans se rassembler pour la prière, Roustem s'écria :«'Omar me ronge le coeur : il enseigne aux chiens la bonne éducation!»Par la suite, des tribus cessèrent de prêter leur appui au pouvoir et négligèrent les préceptes de la religion, si bien qu'elles désapprirent l'art de gouverner et revinrent à leurs déserts, oubliant à la longue, du fait qu'elles n'étaient plus soumises à qui que ce fût et ignoraient les devoirs gouvernementaux, qu'elles aient jamais fait cause commune avec les représentants de l'autorité gouvernementale : elles retournèrent ainsi aux moeurs grossières qui avaient été les leurs auparavant, et le mot «empire» n'évoqua plus pour elles autre chose que leur communauté d'origine et de race avec les califes.Lorsque la puissance du califat disparut sans laisser de traces, les Arabes perdirent toute autorité au profit exclusif des races étrangères : ils demeurèrent alors dans les solitudes de leurs déserts, ne sachant plus ce que c'est qu'un empire et l'art de le gouverner, ignorant même, pour leur plus grand nombre, qu'ils avaient autrefois possédé un empire, quand aucun peuple au monde n'eut jamais empire comme celui que détinrent leurs tributs, témoins les dynasties de Ad, de Thamoud, des Amalécites, de Himyar, et des tobba' du Yemen, puis au sein de l'Islam la dynastie modarite : Omayyades et Abbassides. Ils sont devenus incapables de gouverner lorsque, oubliant les préceptes de la religion, ils sont revenus à leur bédouinisme originel : il peut arriver parfois qu'ils s'assujettissent des États faibles, comme c'est aujourd'hui le cas au Maghreb, mais ils n'aboutissent alors qu'à ruiner la civilisation des pays dont ils se sont emparés."




Si le Califat a disparu, c'est en raison des invasions mongoles qui ont anéanti le Proche-Orient et exterminé une grande partie de sa population. Les Arabes ont subi le même sort que les Romains, morts de corruption, de tyrannie et d'invasions barbares. Après la chute de l'Empire romain, c'est toute l'Europe qui a sombré dans la barbarie pendant près de mille ans. La chute du Califat abbasside est due à des causes climatiques (sécheresse) qui ont impacté les pays semi-désertiques plus durement que l'Europe qui elle n'a connu qu'une période  froid intense. Les analyses de Khaldoun (ou de celui qui se fait passer pour lui)  sont dignes du café du commerce ou de la propagande coloniale. Elle ne valent rien. Elles sont un faux ou écrites par un fou. Pourquoi un individu se prétendant arabe aurait-il écrit cela à moins d'être atteint d'une maladie mentale ?

D'après sa biographie, Khaldoun aurait été kidnappé deux ans par des bédouins : cela explique-t-il cela ? Aurait-il sombré dans la démence suite à son rapt ?  Il faut enquêter sur le cas de cet individu qui favorise le racisme anti-arabe et anti-noir et qui sert les visées criminelles du néo-colonialisme.

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfra.forumactif.org
Par son racisme anti-noir, Khaldoun divise l'Afrique et ridiculise le monde musulman. Par son racisme anti-arabe, Khaldoun nuit au développement économique et culturel du Maghreb.

Il faut que l'ensemble du monde arabo-musulman dénonce le raciste Ibn Khaldoun et le combatte idéologiquement. Ibn Khaldoun favorise le néo-colonialisme et tente de créer des complexes d'infériorité chez les Arabes et les Maghrébins.

Les rues Ibn Khaldoun doivent être débaptisées, les statues de ce raciste doivent être abattues.

La lutte contre l'impérialisme doit d'abord être culturelle. Il faut anéantir idéologiquement les racistes complexés qui nuisent à la confiance en soi nécessaire à tout développement économique et culturel.



Dernière édition par jeanpaul le Ven 1 Déc - 10:56, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfra.forumactif.org

Expulsé du Maghreb, Khaldoun est ensuite venu s'incruster en Egypte, où après diverses manoeuvres, il a réussi à devenir le cadi malékite du pays. C'est à partir de là qu'il a suivi un sultan mamlouk à Damas, ville alors assiégée par Tamerlan. Les Mongols, n'arrivant pas à prendre la ville, ont demandé des négociations et, là, Khaldoun a réussi à s'immiscer parmi les négociateurs syriens envoyés chez Tarmerlan. Il a réussi à signer un accord stipulant que Damas se rendrait mais qu'en échange, aucune exaction ne serait perpétrée : dans la réalité, dès que la ville s'est rendue elle a été pillée par les Mongols, qui ont rassemblé des milliers de femmes et d'enfants dans la mosquée des Ommeyyades avant d'y mettre le feu. Khaldoun savait pertinemment que les Mongols ne tiendraient pas leur parole. Il à livré les damascènes aux Mongols, alors que sans lui, ils auraient continué à résister et auraient pu éviter le massacre.

Le raciste Khaldoun est bien un monstre anti-arabe, un nuisible incrusté au coeur du monde musulman. Il faudrait que tous les pays arabes et musulmans relancent les recherches sur cet individu, très populaire dans les milieux racistes occidentaux, de manière à démontrer dans quelle mesure Khaldoun a aggravé le déclin culturel et politique dans les pays arabes, en dévalorisant la culture arabo-islamique et en préparant psychologiquement les Arabes aux colonialismes.

Il faut débaptiser les rues et écoles Khaldoun, détruire les statues de ce monstre, qui est en réalité un précurseur du racisme colonial. Il est étonnant que personne n'ait encore compris dans le monde arabe, que Khaldoun était un des pires racistes arabophobes de l'histoire.

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfra.forumactif.org

L'œuvre d'Ibn Khaldoun a été traduite par le baron de Slane, en 1862, à la demande du ministère de la guerre de l'époque. C'est à cette époque que, éventuellement, l'œuvre de Ibn Khaldoun a pu être "enrichie" par des apports coloniaux racistes. De Slane a pu lui même écrire les insanités racistes attribuées à Khaldoun, pour ensuite les rajouter à son œuvre. Le diatribes anti-arabes et anti-noires attribuées à Ibn Khaldoun semblent vraiment trop proches de la logomachie coloniale pour que cette coïncidence soit fortuite.

La partie stupidement raciste de l'œuvre de Khaldoun vient plus que probablement des autorités coloniales établies en Algérie à l'époque, qui ont traduit Ibn Khaldoun avant de polluer sa pensée de leur haine de psychopathes coloniaux.

Voir le profil de l'utilisateur http://forumfra.forumactif.org

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum